Votre compte est maintenant vérifié! Vous pouvez vous connectez à votre compte en cliquant sur le bouton Connexion.
Ce lien de confirmation n'est plus valide.
Il y a 1097 PRATIQUES et 2637 MEMBRES dans la communauté!

Aide

L’artiste «dunkeur» : du rêve à la réalité

Demandez-lui quel moment a eu le plus d’impact dans sa vie. Il vous parlera assurément de celui où il a tout perdu, à la suite d’un vol. Ce souvenir marque l’instant où il a décidé d’enfin suivre l’écho de sa petite voix intérieure, le menant sur les traces de celui que l’on surnomme aujourd’hui DunkFather.

Une discipline enflammée

Ce feu ardent qui brûle de l’intérieur est encore impossible à éteindre. Il représente l’énergie de la colère liée à toutes ses pertes matérielles, qu’il aura sciemment choisi de concentrer vers une pratique plus positive : le dunk. François Picard a souhaité investir en quelque chose qui ne pourrait jamais lui être enlevé : sa passion. Ce qui l’habite depuis, c’est le désir de laisser sa marque, en devenant une meilleure version de lui-même de jour en jour. Le respect qu’il cherche ainsi à gagner n’est que dirigé vers lui-même, question de refléter les principes de vie qu’il s’impose.

«J’ai refusé tellement de sorties! Si je goûtais au plaisir, j’allais tomber dedans et perdre de vue mes objectifs», affirme le sportif.  Cette rigueur transparaît d’ailleurs jusque dans son leitmotiv: «Always practice, become an artist».

Sa constance lui permet de multiplier les vidéos qu’il dépose sur sa chaîne You Tube, démontrant ainsi son élan créateur et ses pratiques hors du commun. Ces 8 millions de vues sont sa carte de visite, pour provoquer des rencontres et stimuler les conversations, où qu’il soit.

Insuffler un peu de sa passion aux jeunes

Le Dunkfather rencontre des étudiants, leur partage son expérience, les aide à gagner en confiance et contribue à construire leur passion… Tant qu’à devenir un des meilleurs dunkeurs du monde, pourquoi ne pas leur passer son ballon!

Les différentes figures artistiques qu’il effectue incluent toujours des éléments impressionnants (hauteur, voitures, flammes …). C’est un bon moyen pour capter leur attention des élèves qu’il rencontre dans différentes écoles. Le contact ainsi créé, son message passe toujours mieux. «Des bâtons dans les roues, j’en ai eus. Mais j’ai toujours écouté ma petite voix intérieure. Impossible de perdre le focus quand tu l’écoutes.»

Il n’hésite pas à cogner aux portes des établissements scolaires lui-même. Il souhaite contaminer directement, par ses propres étincelles: «Croire en soi, c’est se donner les moyens d’exister, non pas de survivre», affirme l’artiste, philosophe.

Photo: Benoit Lefebvre

Pas de commentaire

Pour commenter cette pratique, vous devez vous ou devenir membre.

© Communauté PEP 2015

Connexion

Perdu votre mot de passe ?