• Enseignement

Bouger en maternelle chaque jour dans la classe

Âges

  • 4-5 ans (Préscolaire)
  • 6-7 ans (1er cycle du primaire)

Nombre

  • Petit groupe (5 à 15)
  • Moyen (15-30)

Durée

  • 0 à 15 min
  • 15 à 30 min

Résumé

Les deux moyens que j’utilise le plus sont les vidéos « Just Dance Kids » sur YouTube et les histoires actives de Gigotte des éditions Septembre.

 

Auteur

Catherine Poitras

Date

13 mai 2019

Contexte

Matériel

  • Tableaux

Déroulement

Nous bougeons entre la routine du matin et les ateliers. De cette façon, je coupe en deux le temps où je demande aux enfants d’être concentrés. Après l’activité, ils sont plus aptes à être attentifs même si parfois, il y a des petits gars qui sont plus gênés de danser ou qui se laissent moins facilement embarquer dans l’histoire qui bouge, le fait que nous le fassions tous ensemble crée un sentiment plus grand. Chacun finit par y trouver plaisir.

Danses

Les vidéos « Just Dance » que j’utilise sont ceux-ci:

En général, j’utilise la même danse durant près d’un mois, car cela permet à mon groupe de s’adapter et de bien évoluer dans leurs gestes. J’ai déjà essayé en changeant plus souvent la danse, mais ils embarquaient moins dans l’activité.

Les danses sont souvent connues des jeunes à cause du jeu vidéo de la « Wii » dont elles proviennent. Toutefois, plutôt que de faire la danse seul dans leur sous-sol, ils la font tous ensemble.

J’utilise la version pour enfant « Just Dance Kids ». Le fait que ce soit des enfants dans la vidéo, les élèves s’identifient plus à eux. De plus, cela nous fait découvrir plusieurs styles de musique.

Il y en a qui sont très « robots » dans leurs gestes au début. Avec le temps, ils deviennent beaucoup plus fluides.

Il y a plusieurs enfants qui ont demandé à leurs parents de danser à la maison avec eux. C’est bien de voir qu’ils aiment assez cela pour le faire chez eux par eux même.

Avec les « Just Dance », c’est bien rare que les jeunes n’embarquent pas. Si ça ne leur tente pas, c’est souvent du au fait que la chanson les entraîne moins. Dans ce cas, j’en prends une autre. Si un jeune n’embarque pas, j’essaie de choisir une chanson avec lui ou de lui proposer des thèmes.

Moi même j’ai du plaisir à le faire avec eux. Ça me fait du bien et je crois que ça se transmet. C’est sûr qu’il y a des journées où ça me dit moins de le faire. Toutefois, comme je ne veux pas que ça se transmette, donc j’observe davantage les enfants et les aide dans leurs gestes.

Le fait que je fasse l’activité avec eux, qu’ils voient que je suis capable d’être ridicule moi aussi et de faire n’importe quoi, leur fait plaisir et ils embarquent encore plus dans l’action. J’ai peut-être compris que j’étais le modèle et qu’ils me suivaient.

Histoires qui bougent

Les histoires qui bougent Gigotte demandent un peu plus de souffle pour l’enseignant, car il faut conter et animer l’histoire tandis que les danses nous permettent d’avantage d’observer les jeunes.

Les deux activités sont constituent tout de même de beaux moments à passer avec eux à bouger. En plus, elles permettent d’observer la motricité globale des enfants en lien avec la compétence 1 du programme d’éducation préscolaire.

On a des journées pleines ou l’on donne notre 200%; ça fait du bien de prendre un temps pour souffler et se dégourdir.

Ça me permet d’être moi-même; on exagère les gestes, on bouge, on a du plaisir. Ça me permet même de retrouver l’enfant de 5 ans en moi et d’avoir du plaisir comme eux.