• Enseignement
  • Entrainement

L’art du bilan pour apprendre d’une expérience passée

Âges

  • 12-13 ans (1er cycle du secondaire)
  • 14-16 ans (2e cycle du secondaire)
  • Cégep
  • Université
  • Adultes

Nombre

  • Petit groupe (5 à 15)
  • Moyen (15-30)

Durée

  • 0 à 15 min
  • 15 à 30 min

Intensité

  • Faible

Résumé

Le bilan, communément appelé le débriefing, a pour objectif principal d’apprendre de l’expérience passée, qu’elle soit positive (une victoire) ou négative (une défaite) afin de permettre à l’équipe de progresser. Le contexte d’un match est toujours différent, les acteurs parfois différents, et les conditions changeantes. Pourtant, on peut tirer des leçons de l’expérience vécue. Si on veut qu’elle soit profitable, il faut prendre le temps de la partager, de la mettre en mots et de l’analyser. Voici un exemple de bilan effectué à la fin d’un entraînement de volleyball collégial.

Auteur

Jean-Christophe Gagnon

Date

13 mai 2019

Contexte

Cégep de Sherbrooke

Quand

Après chaque match

Matériel

Aucun matériel nécessaire pour cette pratique.

Déroulement

À la suite d’un entraînement, on se réunit pour tirer les leçons de notre expérience. On peut se réunir dans une pièce dédiée à cela ou dans le vestiaire, alors que les joueuses entament leur routine de récupération (étirements, foam roller, collation, glace, hydratation, etc.).La technique du débriefing s’adresse avant tout à un groupe, mais peut aussi se faire individuellement.

On explique d’abord les objectifs du bilan et les aspects qui seront abordés. On sécurise alors le groupe qui sait à quoi s’attendre. Les objectifs principaux sont de:

  • Partager son expérience avec les autres personnes impliquée;
  • Exprimer ses problèmes, ses inquiétudes, ses opinions;
  • Stimuler le soutien émotionnel mutuel;
  • Accélérer la récupération psychologique.

Avec un groupe qui fait un premier bilan, il est important de fixer les règles de fonctionnement:

  • Le respect entre les membres de l’équipe (on s’écoute, on n’interrompt pas, on ne juge pas, on ne critique pas, on reste constructif, etc.)
  • On parle au JE, de manière audible afin d’être entendu.
  • Si on doit s’absenter (pour aller au toilettes par exemple), on quitte et réintègre la réunion le plus rapidement possible, etc.

Les coups de cœur (bons coups) et les coups de pouce (points d’amélioration) permettent de donner une rétroaction constructive et personnalisée! On ne le voit pas dans ce vidéo, mais il est pertinent de demander au groupe si quelqu’un a quelque chose à ajouter avant de clore la séance de débriefing.