• Entrainement

L’inspiration se trouve partout!

Âges

  • Adultes

Résumé

Le Pôle santé HEC Montréal a réalisé une étude d’impact sur la Communauté PeP. Celle-ci a inspiré une série de nouvelles qui  recueillent le témoignage d’intervenants engagés et mobilisés au sein de la Communauté PeP. En voici un exemple.

Auteur

Nadia Benomar

Date

7 février 2020

Contexte

Matériel

Aucun matériel nécessaire pour cette pratique.

Déroulement

André Pronovost est un entraineur de Karaté Shito-Ryu à Trois-Rivières. Il a entendu parler de la Communauté PeP pour la première fois il y a quelques mois à l’occasion du sondage de l’équipe PeP. Le sondage a suscité son intérêt et l’a incité à visiter le site web de la communauté PeP. En consultant le site, André a pris connaissance de plusieurs pratiques qui l’ont intéressé et qui lui ont donné le goût de les intégrer dans ses entrainements. En effet, André a été agréablement surpris par l’inspiration suscitée par les vidéos déposés par les membres de la communauté :

« Je trouve l’initiative vraiment super. J’ai 50 ans de métier; on peut dire que j’ai fait le tour du jardin plusieurs fois. On peut parfois regarder une vidéo, sans nécessairement s’attendre à quelque chose, lorsque soudain on remarque un point et on se dit : je n’avais jamais vu ça sous cet angle; je n’y avais pas pensé comme ça. ».

Les vidéos qu’il visionne l’amènent donc à voir ses entrainements avec un regard neuf, à travailler certaines parties de manière innovante, voire d’inclure une partie de la pratique présentée dans son entrainement. Ainsi, André évite de tomber dans une routine où chaque séance répète sensiblement la même chose.

La diversité des activités présentées aux jeunes

Pour André, c’est d’ailleurs là que réside la force d’un entraineur : être en mesure de susciter l’intérêt des jeunes pour qu’ils soient présents à l’entrainement et qu’ils ressentent le besoin de revenir les semaines suivantes.

« Mon instructeur m’a toujours dit : quand ils arrivent à ton cours il ne faut jamais que tes athlètes sachent ce que tu vas faire. S’ils le savent et que tu tombes dans une certaine routine, ils vont finir par choisir les jours où ils se présentent, en fonction de leurs préférences. »

Pour parvenir à maintenir avec succès la motivation et la curiosité des jeunes, André s’appuie sur le vaste éventail d’outils qu’il a développé au cours de sa carrière. La communauté PeP lui permet de faire évoluer ses outils, de les enrichir car de l’aveu d’André : « malgré l’expérience et l’expertise, tu finis par épuiser les outils que tu as en ta possession. »

La Communauté PeP vient donc apporter cette diversité à son coffre à outils sans qu’il n’ait à transformer radicalement ses entrainements : « Vous savez si j’ai 5 routines dans mon entrainement et que j’en change juste 2, tout le monde pense que c’est un nouveau cours. J’aime aller puiser des idées qui vont faire que mes élèves vont être intrigués et intéressés à poursuivre les entrainements tout au long de la semaine ».

André a partagé avec nous deux points intéressants. Tout d’abord, l’inspiration peut être partout. D’ailleurs lorsqu’il visionne les vidéos sur le site de la communauté PeP, il ne se limite pas aux pratiques en Karaté, bien au contraire; tout est matière à lui donner de nouvelles idées, à lui faire voir ses pratiques sous un nouvel angle : « une des pratiques que j’ai adaptée se passait dans un gymnase par exemple ».

L’inspiration appelle l’inspiration

En adaptant la pratique mise en ligne pour son cours de Karaté, André a également réalisé que cela lui a donné de nouvelles idées. Ses athlètes lui ont d’ailleurs fait la remarque, en lui demandant où il avait bien pu trouver son inspiration. Cela a été l’occasion pour eux de discuter de la Communauté Pep et des avantages qu’elle pouvait offrir.

Gêné à l’idée de franchir le pas et de passer devant la caméra, André mûri encore sa réflexion quant à l’idée de partager sa longue expérience avec les membres de la communauté : « je m’interroge sur l’intérêt pour les autres. Dans la mesure où le karaté est une discipline assez bien définie, est-ce que mes routines pourraient intéresser les membres de la communauté? Je l’ignore. »

André espère néanmoins, que grâce à de telles initiatives, les entraineurs québécois présenteront des entrainements qui sortent de plus en plus de l’ordinaire à la manière de leurs confrères européens :

« Je pense que les entraineurs du Québec sont tout aussi capables de se montrer créatifs et de proposer des routines amusantes et inspirantes, comme celles qu’on voit sur les sites européens; on n’en voit pas encore assez ».