• Enseignement
  • Loisir et animation
  • Service de garde

Power Skating: amélioration de technique de patinage

Âges

  • 4-5 ans (Préscolaire)
  • 6-7 ans (1er cycle du primaire)
  • 8-9 ans (2e cycle du primaire)
  • 10-11 ans (3e cycle du primaire)

Nombre

  • Petit groupe (5 à 15)
  • Moyen (15-30)
  • Grand (30-50)

Durée

  • 90 min +

Résumé

L’atelier de « Power Skating » s’intègre dans notre semaine thématique sur les sports de glace. Notre objectif, c’est que les jeunes apprennent à patiner et qu’ils développent plus d’autonomie dans la pratique du sport. L’atelier est fait le lundi, en début de semaine, en espérant que les jeunes soient capables de patiner seuls les journées suivantes. On travaille beaucoup sur la position de base et sur l’équilibre pour que les jeunes soient à l’aise de patiner sans les supports. On s’assure d’avoir une progression dans les ateliers pour les amener à améliorer leur technique de patinage.

Auteur

Samuel Routhier

Date

25 octobre 2019

Contexte

Glace olympique du Centre sportif Alphonse-Desjardins

Quand

L’activité a eu lieu le lundi 14 juillet 2014, de midi à 14 h

Matériel

  • 30 Bâtons de hockey
  • 60 Casques
  • 30 Cônes
  • 1 paire/enfant Patins à glace

Déroulement

Environ 60 jeunes de 5 à 12 ans, répartis en deux groupes, ont participé à l’activité avec leurs cinq animateurs. Les enfants portaient des patins et des vêtements chauds. Ceux qui le voulaient pouvaient utiliser un bâton de hockey ou un support. Des cônes délimitaient les deux zones sur la glace. Les deux groupes occupaient chacun une moitié de la glace. Certains parents étaient venus assister à l’activité.

Après le dîner, tous les groupes se rendent à l’aréna, et les animateurs aident les jeunes à s’habiller et à attacher leurs patins. En attendant que tout le monde soit prêt, les enfants peuvent patiner librement sur la patinoire sous la supervision d’un animateur. Après quelques minutes, on divise les jeunes en deux groupes à peu près égaux (les 5-6 et les 9-12 ans ensemble, et les 7-8 ans ensemble) et on place des cônes sur la ligne rouge au centre de la glace pour délimiter les deux zones.Un groupe participe à l’atelier de «PowerSkating» pendant que l’autre groupe fait des jeux avec les animateurs, et on inverse les rôles après environ 30 minutes. La séance de patinage se termine par une autre période libre.

Exemple de progression d’exercices de «PowerSkating»:

  1. Faire des poussées en tournant le pied arrière (forme de «v» entre les deux pieds) pour pousser avec la lame et en utilisant toujours le même pied, comme en trottinette.
  2. Faire le même type de poussées, mais maintenir l’équilibre le plus longtemps possible sur le même pied. Alterner les pieds.
  3. Faire le même type de poussées, mais placer le genou de la jambe qui a poussé au sol et garder l’équilibre tout en glissant. Alterner les pieds.
  4. Faire des poussées de la lame en alternant les pieds (patiner à un rythme constant).
  5. Enchaîner deux poussées de la lame et un saut à deux pieds en glisse avant, et répéter.Durant tous les exercices, l’accent est mis sur la position de base (genoux fléchis) et sur le maintien de l’équilibre. Ces deux éléments sont plus encouragés que la vitesse d’exécution.

Adaptation aux âges.

L’atelier de «PowerSkating» est un atelier qui est semblable peu importe le groupe d’âge, car ce sont des exercices qui nous ramènent vraiment à la base. Ce sont des exercices d’équilibre que l’on fait chez les jeunes de 5 ans et que l’on va aussi voir chez les joueurs professionnels. C’est sûr que pour les plus jeunes, il faut adapter le langage et travailler sur la concentration des enfants. Pour les plus vieux, on peut faire plusieurs répétitions, et les jeunes demeurent concentrés et vont bien faire l’exercice. Pour les plus jeunes, il faut rapidement changer d’activité parce qu’après un aller-retour dans une technique de patinage, au deuxième, ils vont déjà avoir oublié ce qu’ils doivent faire. Il faut vraiment les garder allumés, parler un peu plus et avoir une progression qui modifie l’activité afin de garder leur attention tout au long de l’atelier.

Ce que j’aime de l’activité de «PowerSkating», c’est de voir des jeunes qui n’ont pas nécessairement d’intérêt pour le patin, qui viennent au camp ici et qui se font imposer l’activité, et qu’à la suite de cela, développent des techniques et développent une nouvelle passion. C’est un peu l’idée que l’on amène derrière notre camp. On veut faire découvrir de nouvelles activités pour que les jeunes puissent trouver une passion dans un sport. Aujourd’hui, on a vu des enfants qui n’aimaient pas le patin et qui ont finalement réussi à aimer ça parce qu’ils ont développé des compétences à l’intérieur de l’activité.