• Loisir et animation

Préparation du camp 911

Âges

  • 12-13 ans (1er cycle du secondaire)
  • 14-16 ans (2e cycle du secondaire)

Nombre

  • Petit groupe (5 à 15)

Durée

  • Semaine

Résumé

Cette pratique permet d’avoir une idée de la logistique qui est nécessaire afin d’organiser un camp des métiers d’urgence. Cela prend entre autres l’implication et la collaboration de professionnels de ces métiers travaillant ensemble pour les jeunes.

Auteur

Jonathan Garceau

Date

25 septembre 2019

Contexte

MRC de Coaticook

Quand

Le camp a eu lieu de la semaine du 7 au 11 juillet 2014

Matériel

Aucun matériel nécessaire pour cette pratique.

Déroulement

12 jeunes âgés entre 12, 13, 14 ans étaient accueillis au camp;

L’implication bénévole de différents pompiers, policiers et ambulanciers est nécessaire pour la préparation du camp.

Le camp a commencé en 2008-2009. C’est la MRC qui a lancé le projet. On s’est rendu compte qu’il n’y a pas beaucoup d’activités pour les 13 à 17 ans de la région surtout l’été. Parfois, ils n’ont pas encore commencé à travailler. Le souhait était de leur proposer quelque chose comprenant de l’activité physique afin de les faire bouger. En même temps, surtout pour le métier de pompier, des il peut être difficile de recruter de la relève dans les petites municipalités (Compton, Waterville, etc.). Cela demande beaucoup d’heures de formations et de pratique. On espère ainsi, avec ce camp-là, recruter de la relève.

C’est beaucoup de logistique. À partir du mois de mars, tous les services faisant partie du Camp 911 se rencontrent. Dans les dernières semaines, on essaie de penser à tout pour rendre le camp le plus réaliste possible. Il peut s’agir par exemple de trouver le bâtiment qui va être le plus efficace pour rendre la simulation le plus réaliste possible,tout en tentant de ne pas avoir à bloquer des artères principale.

En termes de ressources humaines, c’est beaucoup de bénévoles. Il y a une vingtaine de personnes qui sont venues soit pour être intervenants, acteurs, ou encore pour chapeauter des jeunes, prendre des photos, filmer, etc. Deux à trois rencontres par année sont nécessaires.  Ensuite, chacun des services se prépare de son côté pour monter les journées. Chacun monte ses activités en lien avec sa profession en tout en tenant compte de la simulation du vendredi. Une fois la simulation choisie, les activités s’orientent autour de celle-ci. La base des activités restent toujours la même (formation RCR, fonctionnement des défibrillateurs, etc.). Il y a beaucoup de choses qui changent un peu d’une année à l’autre. Par exemple, les policiers peuvent amener des chiens maîtres, etc. Cette année, puisque la simulation portait principalement sur un incendie criminel, l’accent des apprentissages a été mis sur le métier de pompier.

On devient une famille dans les métiers d’urgence, il y a donc toujours une belle ambiance. Il y a un respect pour chacun des partenaires, c’est bien spécial.