• Entrainement

Préparation physique: Quoi faire après la saison de compétition?

Âges

  • 10-11 ans (3e cycle du primaire)
  • 12-13 ans (1er cycle du secondaire)
  • 14-16 ans (2e cycle du secondaire)
  • Cégep
  • Université
  • Adultes

Durée

  • Trimestre

Résumé

Début avril, les compétitions de ski sont terminées. C’est le temps de récupérer ! Qu’en est-il de la préparation physique ?

Auteur

Luc Tremblay

Date

13 mai 2019

Contexte

Matériel

Aucun matériel nécessaire pour cette pratique.

Déroulement

Les ouvrages discutant de la planification annuelle de l’entraînement, ou périodisation, définissent que les athlètes, après la saison, entrent dans une phase appelée  » TRANSITION » qui, dépendant de la discipline, peut durer de 1 à 3 mois. Dans le cycle de périodisation, la phase de TRANSITION se trouve à faire le pont entre les phases EN-SAISON et HORS-SAISON:

EN-SAISON–> TRANSITION–> HORS-SAISON–> PRÉ-SAISON–> EN-SAISON…

Voyons maintenant en 3 étapes, les activités que j’ai programmé à l’intérieur de la phase de « TRANSITION » d’une de mes athlètes féminines en ski alpin de 16 ans, qui compétitionne  au niveau élite U18 / FIS.

 

1ère étape:

La phase de TRANSITION commence au début avril avec le repos et la réadaptation.  C’est aussi le meilleur moment pour utiliser ses temps libres à reprendre des activités personnelles ou familiales que l’athlète n’a pas eu la chance de faire durant la saison de compétition.

Pendant la phase EN-SAISON qui s’est étirée de fin novembre à la fin mars, elle a accumulé plus de 100 journées de glisse incluant les courses et les journées d’entraînement. Cet acharnement à répéter les mêmes mouvements a causé beaucoup « d’usure » à certaines articulations.

Donc une bonne récupération est de mise ! Je lui recommande de prendre trois bonnes semaines de « repos complet », suivi de deux semaines de « repos actif », sans entraînement intense avec  quelques activités récréatives à basse intensité. S’il y a des petits « bobos », c’est le temps idéal pour visiter tous les praticiens et intervenants médicaux afin de corriger les problèmes causés par la saison de compétition.

2ème étape:

Suite au repos actif, au début mai on effectue une évaluation physique complète.  L’idée ici est de « prendre une photo » dans le temps pour déterminer un nouveau point de départ de sa condition physique, notre POINT A. Avec les prochaines évaluations nous pourrons comparer et voir la progression des différentes qualités physiques, et se rendre finalement au POINT B, à la fin de la phase PRÉ-SAISON vers la mi-novembre.

Typiquement au POINT A et au POINT B j’effectue les évaluations suivantes :

  • Composition corporelle (% gras) et mesures anthropométriques
  • Force (1RM) et endurance musculaire
  • Endurance cardio-vasculaire (VO2 Max) et flexibilité
  • Qualités athlétiques (puissance, vitesse, agilité, coordination, équilibre et précision)

3ème étape:

Pendant les 2 dernières semaines de la phase de TRANSITION, je décide à quoi va ressembler l’entraînement de la phase HORS-SAISON. Je définis les objectifs à atteindre et différentes clés de performance qui pourront permettre de suivre la progression durant les prochains mois. .

Par la suite, je crée les programmes d’entraînement personnalisés pour sa préparation physique. Le tout en collaboration avec son coach de ski, sa nutritionniste et sa préparatrice mentale afin de bien aligner tous les efforts pour permettre le développement optimal de cette athlète.

Pour ma skieuse, la fin de la phase de TRANSITION sera le temps de recommencer l’entraînement. L’emphase ici est d’« avoir du plaisir » à faire de l’exercice et à faire différents sports.  Avec cette approche, son corps reprend tranquillement ses habitudes sportives de façon graduelle, mais le mental reste en vacances dû à la variété des activités et l’absence de stress ou de compétitivité.

La phase de transition de mon athlète a duré 6 semaines:

  • Semaines 1-3 : Repos complet; Nous n’avons eu aucune rencontre.
  • Semaines 4-5 : Permission de faire des sports récréatifs pour le plaisir (2-3 X semaine); 1 entrainement/semaine avec moi en préparation physique avec un focus sur des exercices pour « re-balancer » sa musculature générale et renforcer tout son « core ».
  • Semaine 6 : 2 demi-journées d’évaluations physique diverses.

Pendant ce temps, j’ai eu aussi 2-3 rencontres multidisciplinaires avec tous les intervenants ainsi que quelques communications 1-à-1 avec l’entraîneur en chef, physio, et/ou nutritionniste.

Spécifiquement pour la phase TRANSITION de cette athlète, il y a des impacts positifs du côté psychologique car les quelques sessions d’entraînement et les évaluations physiques servent à remettre tous les compteurs à zéro pour le nouveau cycle de préparation qui va bientôt s’amorcer, et faire le post-mortem de nos bons et moins bons résultats.  Du côté physique, on a permis au corps de l’athlète de se reposer et de se réparer, pour ensuite reprendre progressivement des habitudes sportives génériques afin de devenir une athlète plus complète.