• Loisir et animation

Simulation de métiers d’urgence au camp 911: incendie criminel

Âges

  • 12-13 ans (1er cycle du secondaire)
  • 14-16 ans (2e cycle du secondaire)

Nombre

  • Petit groupe (5 à 15)

Durée

  • Journée

Résumé

Après 4 jours à apprendre les rudiments des 3 métiers d’urgence, les adolescents du camp 911 ont pris part à l’expérience de leur vie pour conclure la semaine: une simulation grandeur nature et effets spéciaux hors du commun d’un incendie criminel.

Auteur

Jonathan Garceau

Date

25 septembre 2019

Contexte

Camp 911, MRC de Coaticook

Quand

Chaque été.

Matériel

Aucun matériel nécessaire pour cette pratique.

Déroulement

Préalablement, le matin de cette journée, les jeunes avaient des rôles qui leur avaient été assignés (pompiers, policiers ou ambulanciers). Avant le signal pour la simulation (qui était un peu une surprise pour ceux-ci), les jeunes pompiers étaient restés à la caserne de pompiers, les jeunes policiers sont allés sur la route avec les policiers et les jeunes ambulanciers sont partis au repère des ambulanciers dans leurs véhicules de métiers d’urgence respectifs.

Chacun avait son rôle et ses tâches. Les jeunes étaient deux avec un vrai professionnel d’urgence qui les parrainait, les accompagnait et les guidait dans leur processus décisionnel à l’aide de conseils, rétroactions positives, etc. Il régnait sur la scène une vraie ambiance d’urgence et c’était vraiment beau à voir et à faire partie de cette expérience

Rôle des pompiers : Contrôler et éteindre l’incendie, sortir les victimes des lieux enfumés et gérer toutes les opérations sur les lieux.

L’équipe de pompiers qui était entré dans la bâtisse en fumée sortait des victimes qu’ils amenaient à l’équipe d’ambulanciers. L’équipe qui venait de sortir une victime prenait une pause alors qu’une autre équipe entrait dans la maison enfumée pour chercher d’autres victimes. Les pompiers avaient donc principalement comme rôle la gestion des opérations de sauvetage :

Rôles des policiers : enquêter sur les causes et responsables de l’incendie criminel, contrôler la foule et les médias ainsi que sécuriser l’accès au lieu d’incendie.

Au préalable, ceux-ci se sont assurés de barrer l’accès au lieu d’incendie en faisant un barrage des deux côtés de la rue (sécuriser l’accès au lieu); les policiers barraient la route et faisait le contrôle de foule de spectateurs et des journalistes. Les policiers effectuaient en parallèle une enquête. Donc, ils interrogeaient les victimes au fur et à mesures que ceux-ci étaient extraits par les pompiers du lieu d’incendie une fois que les soins ont été prodigués par les ambulanciers. Ils ont également interrogés des suspects, des professionnels de métiers d’urgence, etc. Ils ont trouvé des indices dont un chalumeau dans la haie de cèdres à côté du lieu incendié suite à des interrogatoires et des indices. À la fin de la simulation, leur enquête les a amenés à l’arrestation d’un suspect.

Rôle des ambulanciers : Prodiguer des soins aux victimes et classer les victimes selon leurs niveaux de priorités.

Les ambulanciers s’occupaient de prodiguer des soins adéquats aux victimes au fur et à mesure que les pompiers les leur amenaient (premiers soins, immobilisation, etc.). Ils s’assuraient également de classer les victimes selon leur niveau de blessures et de priorité selon des paramètres (jaune, rouge ou noir). Ce classement déterminait les suivis par la suite par exemple le transport en ambulance des victimes qui le nécessitent, etc.

À 13h15, le signal d’un feu pour le lieu de la simulation a retenti à la caserne de pompier. Les pompiers et apprentis pompiers (les jeunes qui étaient à la caserne de pompier) se sont habillés, ont embarqué dans différents véhicules de pompiers et se sont rendus sur les lieux. Il y avait un des jeunes qui était chef pompier (avec le vrai chef pompier) qui s’occupait de donner les commandes et de s’assurer d’avoir les plans de répartitions de ses hommes. Pendant qu’un groupe de jeunes équipés de masque à oxygène entrait dans la maison en fumé pour secourir des victimes, d’autres préparaient le camion à échelle pour d’autres manœuvres potentielles.

Commentaires des jeunes lors de la période de rétroaction à la fin de la simulation :
Le moment fort de la semaine pour tous les jeunes était sans contredit la simulation du vendredi parce que c’est là qu’ils ont pu vivre réellement un métier d’urgence en situation d’urgence en expérimentant les réalités pouvant être rencontrées dans un tel cas. La simulation a vraiment permis aux jeunes de voir comment faire et comment agir dans une vraie situation d’urgence avec les particularités de leur métier d’urgence.

Il s’agissait d’une expérience inoubliable pour les jeunes et pour toute autre personne présente sur la scène. Durant la simulation, les jeunes étaient très concentrés et prenaient leur rôle et tâches très à cœur en faisant de leur mieux pour bien travailler. Ils prenaient des initiatives en lien avec les tâches à réaliser et étaient vraiment bien impliqués dans toutes les étapes de la simulation.